Newsletter #34 – Accompagner les femmes entrepreneures đŸ’Ș

une femme blanche et brune aux cheveux longs regarde la caméra

Soazig BarĂ©lĂ©my, fondatrice et CEO de Empow’Her

Culot Creative est partenaire du festival Empow’Her !

Rencontre avec Soazig BarthĂ©lĂ©my, la fondatrice et CEO de cette association d’accompagnement de femmes entrepreneures. Nous serons prĂ©sentes Ă  ce festival du vendredi 17 au dimanche 19 septembre Ă  la CitĂ© Fertile, Ă  Paris. Et ne loupez pas notre atelier sur “comment lancer son podcast”, animĂ© par Julia et Marie-Alix, samedi 18 septembre Ă  13h 😉
Pour s’inscrire au festival, c’est par ici, et pour les ateliers, c’est par là ! 

L'indĂ©pendance par l'Ă©conomie. Accompagner les femmes entrepreneures avec Soazig BarthĂ©lĂ©my, fondatrice et CEO de Empow’Her

Le week-end prochain, Empow’Her fait son festival, pour la deuxiĂšme annĂ©e consĂ©cutive, Ă  la CitĂ© Fertile Ă  Paris. Soazig BarthĂ©lemy est la CEO et fondatrice de ce rĂ©seau qui accompagne les femmes* entrepreneures. Elle a d’ailleurs, en 2017, Ă©tĂ© sĂ©lectionnĂ©e par Forbes comme une des 30 entrepreneur.e.s de moins de 30 ans les plus prometteur.se.s du monde. Alors que son association a accompagnĂ© plus de dix mille femmes dans une vingtaine de pays diffĂ©rents, aussi bien en Afrique, qu’en Asie ou en Europe, Soazig livre son regard sur ce qui les diffĂ©rencie, et ce qui les rassemble. Rencontre

Par Marie-Alix DĂ©trie, le 11.9.21

*les études actuelles sont réalisées avec des femmes cisgenres, et ne prennent pas en compte les personnes transgenres et non-binaires

Empow’Her a Ă©tĂ© lancĂ© en 2013. Le week-end prochain, ça sera la deuxiĂšme Ă©dition du festival de l’association. Pourquoi organiser un festival, et qu’est-ce qu’on va y trouver ? 

La mission d’Empow’Her a toujours Ă©tĂ© de contribuer Ă  l’empowerment des femmes en faisant bouger les lignes de l’entreprenariat. Pour nous ce n’est pas tant le nombre de femmes qui est important, mĂȘme si ça compte Ă©videmment. D’autres notions sont Ă  prendre en considĂ©ration. Par exemple, se demander : “comment faire du business autrement ?” Ou encore, “si des femmes arrivent en grand nombre dans le milieu du business, qu’est-ce que ça change Ă  la vision et Ă  la pratique de l’économie ?”. Ce qui compte aussi, c’est le dialogue, et plus profondĂ©ment, la question : “ça veut dire quoi, une femme entrepreneure ?”

Ces questionnements sont arrivĂ©s au fur et Ă  mesure. D’abord, notre but Ă©tait d’accompagner les femmes dans leurs projets. Ensuite, c’est devenu de rendre leurs projets visibles, l’un des rĂŽles du festival. Car comment peut-on se projeter, enfant, adolescent.e, adulte, dans une sociĂ©tĂ© qui ne te propose aucune image de ce que tu pourrais devenir ? Je n’ai pas la rĂ©ponse. 

Mais ce festival, c’était aussi une rĂ©action. Le confinement est arrivĂ© pendant qu’on allait lancer l’organisation de la premiĂšre Ă©dition. L’annĂ©e Ă©tait morose, pleine de unes de journaux avec des hommes, blancs, de soixante ans, qui s’exprimaient sur ce qu’ils pensaient du “monde d’aprĂšs.” Pour nous, c’était aussi une bouĂ©e pour tenir Ă  la surface pendant cette annĂ©e si Ă©trange.

C’est aussi un festival qui nous ressemble. On ne peut pas parler d’entrepreneuriat des femmes sans parler de femmes en zones de guerre. Ni sans rĂ©flĂ©chir Ă  transformer “leadership fĂ©minin” en “leadership fĂ©ministe”, Ă  savoir, des modĂšles de management qui vont Ă  l’encontre de ces formes de management dites trĂšs “masculines”, qui fonctionnent sans aucune valeur fĂ©ministe. À Empow’her, on se demande comment organiser notre structure pour la rendre plus inclusive. Et on ne peut pas parler d’empowerment sans parler de vie collective, sans organisation collective. Ce festival, ça sera le reflet de tout ça, de tous ces questionnements. Il y aura cent cinquante intervenantes, qui sont une source d’excitation, qui sont intelligentes et inspirantes, qui animeront aussi bien des ateliers que des confĂ©rences.

Étiquettes:

Laisser un commentaire