Newsletter #31 – Destination : féminisme. Le tour du monde des lieux inclusifs

Carte et destination de voyage

Cette semaine dans la newsletter de Culot
Un samedi sur deux, on t’emmène à la rencontre d’une nouvelle thématique liée à la lutte féministe. Cette fois-ci, Julia interview la cofondatrice de Consentis Info pour parler de consentement sur le dancefloor.
N’hésite pas à partager notre contenu autour de toi pour nous soutenir !

Destination : féminisme. Le tour du monde des lieux inclusifs

Dans la rédaction, en cette période estivale propice au voyage, on s’est demandé : c’est quoi, une destination féministe ? Dans cette newsletter, vous trouverez les pays, villes, événements les plus engagés et progressistes, selon des études publiées à ce sujet, ainsi que des recommandations signées Culot. Et comme le féminisme aujourd’hui est bien plus multi-facettes que les droits des femmes cisgenres, on a prévu quelques catégories, pour une perspective plus intersectionnelle de ce tour du monde digital. 

Marie-Alix Détrie, le 31/07/2021

Destination : Droits des femmes cis

Pays : Islande

L’Islande serait LA destination la plus “féministe”. De fait, cette île de 360 000 habitant·e·s est classée numéro un en termes d’inclusivité, selon le Global Gender Gap Report de 2020. Et ce, pour la onzième année consécutive. 

Depuis 14 ans, ce rapport compare les données de 153 pays. Selon le rapport, la différence de traitement entre les genres en Islande serait réduite de 88 % par rapport au reste du monde. Derrière arrivent, dans ce même classement, la Norvège (84.2%), la Finlande (83.2%), et la Suède (82.0%).

Depuis le 1er janvier 2018, l’Islande est par exemple devenu le premier pays au monde à rendre obligatoire l’égalité salariale entre les femmes et les hommes. C’était aussi, lors de l’élection de Vigdis Finnbogadóttir en 1980, le premier pays à être géré par une cheffe d’état, réélue trois fois par la suite. S’il reste bien entendu de la place pour des améliorations, l’écart de rémunération entre les sexes pour le même emploi est de 4,5% selon Statistics Iceland (en défaveur des femmes), soi l’écart salarial le plus faible au monde.

Ville :  Seestadt, Vienne

Les femmes construisent la ville”, peut-on lire, placardé sur des bâtiments en construction, dans ce quartier de la capitale autrichienne nommé Seestadt. A l’est de Vienne, sur 240 hectares, les travaux, essentiellement menés par des femmes, ont commencé il y a dix ans pour construire 12 000 nouveaux logements. Parc Hannah Arendt, place Simone de Beauvoir…  Pour compenser les 4700 noms d’hommes sur les 6000 rues de Vienne, la ville nomme dans ce quartier la majorité des rues et places importantes par des noms de femmes, qu’elles soient scientifiques, politiques, intellectuelles, etc. La mairie de Vienne met les bouchées doubles pour créer ce quartier de son centre-ville qui se veut 100% “gender equal”. D’ici 2030, et d’après les projections de la mairie, 20 000 personnes devraient y habiter, contre 8 300 aujourd’hui.


Ces démarches sont insufflées par Ursula Bauer, tête du département du ‘Gender Mainstreaming’ de la capitale. En attendant le quartier de Seestadt, tous les aspects de la vie publique du centre ville, en incluant le transport et la langue, sont impactés par le but de la capitale de faire de cette ville une destination inclusive, et neutre au niveau du genre.  

Événement : Wetoo

Le Festival We too, inclusif, féministe et familial s’adresse aux femmes, hommes et personnes trasngenres et non binaires, de 0 à 107 ans. Pour sa deuxième édition, le festival revient du 9 au 11 septembre au Ciné 104 et à la Cité Fertile à Pantin, en région parisienne.

Podcasts enregistrés en direct, stand-up, films, concerts, conférences… Ce festival “féministe et famiial” tient à accueillir non seulement tous les genres mais aussi tous les âges. 

Le postulat du festival? C’est aussi en questionnant le modèle de “famille traditionnelle”, que l’on interroge les normes patriarcales dans lesquelles nous vivons actuellement. C’est donc en famille* (*et quelque soit la définition que vous lui donnez) que vous êtes les bienvenu·e·s à cet événement qui s’étend sur 3 jours, aussi bien pour prendre part à des ateliers drag-kings que pour taper du pied devant un concert de la slameuse féministe George Ka.

Destination : Droits des personnes LGBTI

Pays : Malte

Chaque année, l’Ilga-Europe, une fédération qui regroupe 600 ONG, publie son classement annuel des pays d’Europe les plus accueillants pour les couples de même sexe. D’après la Rainbow Map 2021 de l’ILGA-Europe, et pour la sixième année consécutive, c’est Malte qui remporte la palme de la tranquillité dans cette catégorie.

Mariage pour toustes, PMA autorisées pour les couples de lesbiennes, thérapies de conversion interdites,… Tous ces droits sont actés dans la loi. En 2015, Malte adopte même une des lois les plus progressistes au monde, nommée “Gender Identity, Gender expressions and Sex characteristics Act”, Selon laquelle “ Toute personne citoyenne de Malte a droit à :

– la reconnaissance de son identité de genre ;

– le développement libre de sa personne selon son identité de genre ;

– être traitée en accord avec son identité de genre et, en particulier, être identifié.e de cette façon dans les documents établissant son identité ; et

– l’intégrité corporelle et l’autonomie physique. »

Une destination LGBTI-friendly, où il se trouve que les plages aussi sont plutôt sympas.

Ville :  Reykjavik, Islande

Toronto, Amsterdam, Berlin, New York, Madrid, sont les noms qui apparaissent en premier lorsque l’on recherche “ville la plus LGBTI-friendly” en ligne. Mais selon le classement réalisé par l’entreprise d’objets connectés Fitbit, c’est la capitale islandaise qui arrive en pole position. Et si Reykjavik est un jour votre destination, n’hésitez pas à vous y rendre pendant sa pride, du 3 au 8 août chaque année, devenue l’une des marches des Fiertés les plus incontournables au monde au fil des ans.

Événement : Chéries-Chéris 

Et si on quittait le tapis rouge du festival de Cannes pour celui du cinéma MK2 Beaubourg? Depuis 1994, le festival Chéries Chéris y met en avant les différentes productions cinématographiques (longs-métrages, courts-métrages et films documentaires) traitant de l’homosexualité et des transidentités.

Projections, rétrospectives, rencontres, soirées et débats sont au programme de cet événement international. Rendez-vous du 20 au 30 novembre 2021 à Paris pour la 27ème édition !

Destination : Bodypositivité

Pays : Royaume-Uni

Le Royaume-Uni est la destination bodypositive, si on en croit une étude de Reebok de janvier 2021, sur la représentation de la diversité dans l’univers du fitness et sur les réseaux sociaux. Pour cela, l’entreprise a analysé, parmi les 14,5 millions de posts mentionnant le hashtag « body positive » sur instagram, mais aussi dans les médias et sur le moteur de recherche Google, les pays et les influenceur·euse·s le plus impliqué·e·s dans le mouvement body positif à travers le monde. 

Résultat: le Royaume-Uni arrive en première place, suivi de près par les Etats-Unis et l’Irlande. La France, de son côté, n’apparaît pas dans le top 10.

Ville : Héliopolis, Île du Levant 

Pour désexualiser un corps, et le démystifier, quoi de plus efficace que d’abandonner toute parure ou décoration ? Sur l’île du Levant, en face d’Hyères et à côté de l’Île de Porquerolles, vit une communauté naturiste dans un village nommé Héliopolis. En 1931, cinquante ans après la fermeture de la colonie pénitentiaire de Sainte-Anne, les frères Durville décident d’y fonder le premier centre naturiste. Naît alors sur la plus éloignée des Iles d’Or, un village, avec sa chapelle et ses commerces, où tout le monde vit nu.e.

C’est aussi un bon endroit pour déconnecter et observer les étoiles: l’île n’a pas d’éclairage public, et les plages sont à couper le souffle.

Événement : The Allsized Catwalk 2021 

Dans ce défilé de mode, la traditionnelle taille 34 n’est à trouver nulle part. Organisé depuis 2018 par Georgia Stein, mannequin et hôtesse de l’air franco-allemande, l’événement cette année a regroupé plus de deux-cent-cinquante mannequins à Paris au Trocadéro.

Dans l’AFP, Georgia Stein explique la raison d’être de “The All Sized Catwalk”. “Je voulais m’arrêter au premier défilé en 2018 (…) Mais aujourd’hui, je milite non seulement pour le body positive, mais aussi pour le syndrome des ovaires polykystiques (qui l’a fait passer de la taille 36 à 44). C’est ce que j’ai, et on n’en parle jamais”. Pour la sixième édition de l’événement, la célèbre mannequin sexagénaire Caroline Ida Ours a fait l’honneur de se rendre sur place. Une ôde à toutes les formes et les couleurs de corps.

Destination : Antiraciste et décoloniale

Pays : Les Pays-Bas 

Dans son étude annuelle “Best Countries Report” (traduire par : “classement des meilleurs pays”), US News a ajouté un nouveau critère en 2020, suite aux mouvements Black Lives Matter : les pays considérés comme ayant “les opinions les plus positives sur l’égalité raciale”.

 
Pour obtenir ce classement, US News a calculé les réactions à la phrase suivante : “Un pays est plus fort quand il est diversifié sur le plan racial et ethnique.” Sur les 17 000 répondant·e·s issu·e·s de 78 pays, les Pays-Bas arrivent premiers. Un des rares pays où, lors des manifestations Black Lives Matter de 2020, le premier ministre s’est en effet entretenu avec des leaders du mouvement, dans le but de comprendre et agir concrètement sur le racisme et les traces du passé colonial au sein du gouvernement et dans la société. Selon ce même classement, les États-Unis, berceau du mouvement Black Lives Matter, ont terminé parmi les 10 derniers pays, notamment derrière la Chine.

Ville : Evanston, Illinois, USA

Nous sommes au nord de Chicago, au bord du Lake Michigan. Evanston est la première ville à payer une compensation financière à ses habitant·e·s noir·e·s, soit environ 16% des 75 000 habitant·e·s de la ville. Le but? Une démarche de réparation de son passé, pour les discriminations et les effets prolongés de l’esclavage. En mars 2021, cette ville a voté à 8 représentant.e.s contre 1 de distribuer 400 000 $ à des familles noires éligibles. Chaque domicile concerné va recevoir 25 000 $, pour des réparations de maison, ou en acomptes sur la propriété.

C’est un premier pas tangible”, dit, dans le Washington Post, Alderwoman Robin Rue Simmons, qui représente le “African American Fifth Ward” et était impliquée dans ce programme. “Ça ne suffira pas à soi tout seul. Ce n’est pas une réparation complète du passé, en une seule initiative. Nous savons tous que la route pour réparer l’injustice dans la communauté noire représentera une génération de travail.“ 

Cette destination n’est pas seulement engagée, c’est aussi l’occasion d’aller mettre un pied dans le lac Michigan, et de visiter les nombreux musées que comportent cette ville au nord de Chicago.

Événements : Nyanpaso, Afrofem tour et semaine de l’afroféminisme du collectif Mwasi

Comment parler de féminisme décolonial sans évoquer le collectif Mwasi ? C’est une association afroféministe non-mixte composée de personnes assignées femmes à la naissance, de femmes cis et trans noires et métisses-afrodescendantes, créée en 2014. Elle a pour objectif de lutter à la fois contre le racisme et le sexisme dont sont victimes les fxmmes noires. 

En 2017, alors que Mwasi organise le festival Nyanpaso, un festival « afroféministe militant à l’échelle européenne », le collectif fait couler de l’encre. La France s’insurge alors de voir des espaces en non-mixité au sein du festival.  Anne Hidalgo, la maire de Paris, dénonce un événement “interdit aux blancs”. Une polémique qui a deux mois du lancement du festival, lui a presque valu une interdiction. Il a heureusement pu finalement avoir lieu.Loin de s’arrêter à ce genre d’obstacles, Mwasi poursuit sa lutte en organisant, en 2020, des universités d’étés digitales et un “Afrofem Tour”. En mars 2021, le collectif tenait la “semaine de l’afroféminisme”. La date du prochain événement organisé n’est pas encore donnée, mais restez connecté·e·s sur leur page facebook.

Affiche destination festival Nyansapo
© Photo : collectif Mwasi, festival Nyansapo 2019

Pour aller plus loin : d’autres destinations qu’on aime 

Le premier “Musée du Vagin” à Londres

Les rencontres photo d’Arles 2021, qui programment cette année une exposition photo sur les masculinités, et des artistes engagées comme Charlotte Abramow, ou le collectif Lusted Men

Le futur musée sur l’histoire et la culture locale et nationale des personnes LGBTI à New York City prévu pour 2024

Evidemment, le Zazemistan, pays inclusif et féministe pour lequel il n’y a besoin ni de billet d’avion ni de pass sanitaire 

Si vous partez à un de ces endroits, pourquoi ne pas prendre le Cahier de Vacances féministes de Sorocité avec vous  ? 😉

Étiquettes:

Laisser un commentaire