Newsletter #12 : Une rentrée littéraire féministe ! 📚

newsletter, rentrée littéraire, féministe, culot, culor creative, au culot newsletter féministe, média féministe, média sexualités

Dans cette newsletter féministe de Culot,

notre journaliste Jessica Martinez t’emmène dans toutes les meilleures librairies, pour y piocher les livres féministes de la rentrée.

👇 Si tu veux nous soutenir, abonne-toi à la newsletter féministe de Culot en laissant ton e-mail ici 👇

Lire ou écrire les femmes : la rentrée littéraire est féministe

La rentrée littéraire a-t-elle déjà été aussi féministe ? C’est-à-dire comportant un nombre aussi important d’essais, de romans, de BD écrits « par » (le plus souvent) ou pour les femmes et personnes s’identifiant comme femmes. Ou bien notre female gaze, notre « regard féminin », a-t-il su enfin considérer avec une importance égale les récits dits, déclamés, énoncés, dénoncés, les histoires violentes, belles, banales, quotidiennes, fortes, nécessaires dits et dites par et/ou pour les femmes, plus de deux ans après la déferlante #metoo ?

Luttes féministes, scène politique, reconnaissance sociétale, enjeux sociaux, partage de l’intime, revendications sexuelles… Une dizaine d’ouvrages écrits (principalement) « par » elles, ou « pour » elles nous ont inspiré cette newsletter. Bonnes lectures !

Par Jessica Martinez, le 23.10.2020

#1 Présentes, de Lauren Bastide. (Allary Editions)

Essai, manifeste féministe, indignation documentée, l’ouvrage de la fondatrice du podcast « La Poudre », Lauren Bastide, navigue dans plusieurs environnements. Baptisé Présentes, il aurait pu s’intituler « Où sont les femmes ? ». Quelle est leur place dans la ville, dans les médias ? Quelle est leur place dans la résistance actuelle, celle de la nouvelle vague féministe, qui gronde sur les réseaux, dans les rues, derrières les portes closes ? Pourquoi cette voix, ces voix semblent-elles et sont-elles plus fortes aujourd’hui ? “Ce qu’il y a de plus redoutable dans l’invisibilisation des femmes, c’est qu’elle est invisible”, écrit la cofondatrice du studio de production Nouvelles écoutes dans l’introduction. Et afin de sortir les femmes de cette invisibilité, Lauren Bastide analyse les luttes féministes et antiracistes actuelles. Analyse émaillée de chiffres, car c’est là notamment que l’invisibilté des femmes se voit le plus.

#2 La puissance des mères, de Fatima Ouassak (Editions La Découverte)

Politologue, co-fondatrice du collectif « Front de mères », Fatima Ouassak explore avec La puissance des mères une réflexion considérable sur le rôle fantasmé ou réel des mères des quartiers populaires français. L’autrice déconstruit la figure de la « mère tampon » : cette injonction sociétale qui leur demande (à « elles » qui plus est, rarement aux pères) de tempérer sans cesse leurs enfants face aux institutions et aux figures d’autorité. Avec un propos personnel, mais aussi social et politique, cet essai soulève des questions rarement posées telle que celle-ci : les mères doivent-elles protéger leurs enfants des violences des quartiers ou les laisser s’exprimer face à l’injustice qu’ielles subissent ?

Étiquettes:

Laisser un commentaire