A., 29 ans (Elle)

« J’ai toujours aimé le sexe et prendre du plaisir. La sexualité c’est hyper important pour moi, en couple ou célibataire. Mon rapport au sexe a commencé très tôt. J’ai découvert mon corps un peu par hasard, vers mes dix ans. Puis j’ai continué à l’explorer sous ma couette. Au collège, quand j’ai eu le “Guide du zizi sexuel” de Zep entre les mains, j’ai pu mettre des mots sur ce que je ressentais en me masturbant : l’orgasme. A l’époque, plein de filles commençaient à en parler en disant que c’était impossible, un peu comme un mythe, une sorte de Graal. Je me sentais presque mal de dire que, moi, j’en avais un tous les jours !

En grandissant, j’ai eu différentes expériences et fait différentes rencontres. Un pervers narcissique, notamment. Ajoutez à ça un boulot où je me sentais mal et où la place de la femme n’est pas respectée… Avec ce combo, ça n’a pas loupé, j’ai fait une grosse dépression et j’ai commencé à prendre des antidépresseurs. On parle très peu des effets secondaires de ces médicaments et leur effet sur la libido. Les expérimenter, ça a été et c’est encore terrible pour moi. C’est comme si on m’avait volé ma libido. Mon imagination me suffisait, avant, pour prendre du plaisir en me masturbant. Maintenant, même devant un porno, c’est le blocage. Je n’ai plus envie. Enfin, j’ai envie d’avoir envie, mais ça ne marche plus et ça me frustre intensément. Des fois, je me branle même mécaniquement, comme ce cliché du mec devant sa télé qui se touche sans même y prêter attention, pour que finalement rien ne se passe.

Ces dernières années j’ai réalisé un gros travail sur moi-même pour accepter cette absence de désir. Je suis sur le chemin de la reconquête, mais c’est long, très long. Je me sens comme un tigre sauvage mis en cage. J’attends le jour où la porte s’ouvrira, où je pourrai enfin désirer à nouveau. Retrouver une totale confiance en l’autre, et une totale confiance en moi. Ce jour-là, je jouirai enfin comme il se doit. »

Étiquettes: